Share
Recrutement et sélection

7 bonnes alternatives au personnel fixe

Pour beaucoup d'entrepreneurs, engager un collaborateur fixe est une décision qui ne se prend pas à la légère. Ils ne peuvent pas garantir le travail à long terme, appréhendent les tracasseries administratives ou craignent de ne pas pouvoir supporter les coûts salariaux. Vous vous reconnaissez ? Sachez dans ce cas qu'il existe de nombreuses solutions alternatives. Nous énumérons ci-dessous sept alternatives au personnel fixe.

alternatives personnel fixe

1. Les travailleurs intérimaires : la solution parfaite pour une aide temporaire

Les employeurs cherchant une aide urgente ou temporaire, peuvent engager du personnel via un bureau d’intérim. Mais le travail intérimaire n’est pas seulement intéressant pour une aide temporaire : vous pouvez aussi faire appel à un bureau d’intérim pour le recrutement et la sélection d’un travailleur. Consultez toutes les informations dans notre article sur le travail intérimaire.

2. Les freelance : des travailleurs indépendants et flexibles

De nombreuses entreprises font appel aux services de travailleurs freelance. Ce travailleur indépendant peut être la solution idéale pour une période déterminée ou un travail déterminé. Vous envisagez de faire appel aux services d’un freelance ? Consultez alors tous les avantages et inconvénients de l'engagement d'un travailleur freelance et voyez s’il s’agit d’une bonne alternative pour votre entreprise.

3. Apprentissage en alternance : l’alliance parfaite entre travail et formation

Le terme « apprentissage en alternance » comprend tous les systèmes de formation où les élèves apprennent un métier en alternance à l’école et sur le lieu de travail. Si vous décidez, en tant qu’employeur, de conclure un contrat d’apprentissage en alternance avec un jeune, vous vous engagez à le former sur le lieu de travail, en concertation avec le dispensateur de formation.

Le régime de « formation en alternance » offre de nombreux avantages aux employeurs. Il vous permet d’engager temporairement un travailleur au sein de votre entreprise à des conditions très avantageuses. Dans certains cas, vous devez payer à l’apprenti une allocation d’apprentissage, mais celle-ci ne représente qu’une partie du coût salarial d’un travailleur ordinaire. En outre, ce type d’engagement vous permet de mieux connaître l’apprenti et d’apprécier ses capacités et sa motivation, ce qui peut être intéressant en vue d’une future embauche éventuelle. Vous trouverez plus d’informations sur l'apprentissage en alternance à temps partiel en Belgique ici.

4. Parcours d’entrepreneuriat : formez des futurs indépendants

Un parcours d’entrepreneuriat est une formation pour adultes axée sur la pratique, où l’apprenant combine une formation avec un stage pratique sur le lieu de travail. Le parcours d’entrepreneuriat peut être adapté au profil de compétences d’une profession spécifique (p. ex. restaurateur, comptable ou entrepreneur de jardin), ou à un profil d’entrepreneur plus général. Autrement dit, les apprenants acquièrent des connaissances professionnelles et apprennent en même temps comment développer une entreprise indépendante. L’objectif du parcours consiste à accompagner les apprenants vers une carrière d’entrepreneur indépendant ou de collaborateur dans une PME.

Si vous vous engagez, en tant qu’entrepreneur, dans un parcours d’entrepreneuriat, vous pouvez compter sur un stagiaire (expérimenté) qui intégrera votre entreprise pendant au moins trois mois. Vous devez souscrire une assurance accidents du travail et verser une allocation de stage, mais vous ne devez pas payer le coût salarial d’un travailleur ordinaire. Vous bénéficiez également de conditions ONSS avantageuses et vous aurez l’opportunité de former et de mieux connaître un stagiaire en vue d’une éventuelle embauche ultérieure en tant que travailleur.

5. Le Plan Formation Insertion en Entreprise (PFI) : la solution parfaite pour les emplois requérant une expertise particulière

Le Plan Formation Insertion en entreprise (PFI) est une mesure d’emploi qui vous permet de former un demandeur d’emploi au sein de votre entreprise avec l’aide du Forem. Pendant la formation, dont la durée varie entre un et six mois, vous ne payerez en tant qu'employeur aucun salaire ni aucune cotisation de sécurité sociale, mais uniquement une prime de productivité. À la fin du PFI, vous embauchez le demandeur d’emploi dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée. Si vous pouvez prouver que vous travaillez régulièrement avec des contrats à durée déterminée, ce type de contrat est également possible.

Les PFI constituent la solution parfaite pour les postes vacants en pénurie car ils vous permettent de former vous-même votre candidat idéal. Ce régime est entre autres très populaire dans le secteur de l’informatique, car ce dernier évolue très rapidement et les postulants ne maîtrisent souvent pas suffisamment les dernières tendances. Néanmoins, cette formule est intéressante pour toutes les entreprises au sein desquelles les nouveaux travailleurs doivent recevoir une formation solide, surtout qu’en tant qu’employeur, vous économisez considérablement sur les coûts salariaux durant cette période.

6. Convention d’immersion professionnelle (CIP) : aide avantageuse grâce à un contrat de formation

Les conventions d’insertion professionnelle offrent un cadre légal par lequel vous engagez un stagiaire volontaire au sein de votre entreprise. Il ne s’agit pas d’un contrat de travail, mais d’un contrat de formation permettant au stagiaire d’acquérir les capacités et les compétences nécessaires sur le lieu de travail. Dans la pratique, il s’agit donc d’un stage en entreprise qui ne s’inscrit pas dans le cadre d’une formation spécifique ni dans un autre cadre légal. Une CIP vous permet de former un stagiaire ou de réorienter un ouvrier. Si vous êtes satisfait du candidat, vous pouvez toujours l’embaucher définitivement plus tard.

7. Flexi-jobs : une alternative populaire pour une aide temporaire

Depuis le 1er décembre 2015, les travailleurs qui ont un emploi principal ailleurs peuvent faire des à-côtés dans l’horeca en tant que travailleur flexi-job ou intérimaire flexi-job. Le principe est simple : grâce au statut de flexi-job, les travailleurs faisant des à-côtés dans le secteur de l’horeca reçoivent l’équivalent de leur salaire brut. 

Auparavant, ce statut avantageux était uniquement possible dans le secteur de l’horeca. Depuis janvier 2018, ce système peut également être utilisé dans d’autres secteurs.

Quelle forme d'emploi temporaire choisissez-vous? Notre bot vous aide dans votre recherche d'aide temporaire. Essayez-le maintenant!

Aidez-moi à choisir

Par Tina Janssens
17 juillet 2018