Share
Politique salariale

Protégez la pension complémentaire de votre collaborateur grâce à ces garanties

Une assurance groupe est en premier lieu une pension complémentaire pour vos travailleurs. Mais en plus de cette cagnotte supplémentaire utile, vous pouvez aussi les faire assurer contre l’impact de risques spécifiques tels qu’une incapacité de travail (temporaire). Offrez à vos collaborateurs et à leur famille la sécurité financière grâce à ces trois garanties.

l'assurance groupe garanties

 

Protégez la pension complémentaire en cas d'accident du travail

Imaginez que votre travailleur soit en incapacité de travail. L’assurance groupe est-elle encore payée mensuellement ? Et avec quelles garanties lui offrez-vous une protection financière supplémentaire ? Voici un aperçu.

 

Poursuite de la constitution de la pension complémentaire avec la garantie « Exonération de prime en cas d’incapacité de travail »

Si votre collaborateur est en incapacité de travail pendant plus d’un mois, il ne perçoit plus de salaire de votre part en tant qu’employeur à compter du deuxième mois, mais il reçoit bien des indemnités de la sécurité sociale (INAMI) via sa mutualité. En outre, le contrat de travail est suspendu à partir de ce moment-là et vous ne versez en tant qu'employeur plus de prime pour l'assurance groupe. Votre collaborateur ne constitue donc plus de pension complémentaire.

La garantie « Exonération de prime » offre une alternative : à compter du deuxième mois d’incapacité de travail, l’assureur prend en charge le paiement de la prime. Votre collaborateur continue ainsi d’épargner pour sa pension complémentaire.

Une de vos travailleuses part en congé de maternité ? Cette garantie lui permet dans ce cas aussi de continuer à constituer une cagnotte de pension supplémentaire.

L'avantage: Votre collaborateur constitue sa pension complémentaire aussi pendant son incapacité de travail. La prime que vous payez pour ce faire en tant qu’employeur est en outre fiscalement déductible. Une situation gagnant-gagnant !

 

Garantie de salaire grâce à la garantie « Rente d’incapacité de travail »

En cas d’accident du travail, votre travailleur est bien assuré. Il perçoit alors 90 % de son salaire. Or, dans le cas d’un accident privé ou d’une autre absence de longue durée, la situation est différente. Votre travailleur ne perçoit plus que 60 % de son salaire à compter du deuxième mois d’absence. En outre, l’intervention de l’INAMI est plafonnée, ce qui empêche les personnes ayant un salaire plus élevé de bénéficier d’une intervention.

  • En cas d’accident du travail : pas d'intervention pour les collaborateurs avec un salaire annuel brut de 44 468,70 euros ou plus.
  • En cas de maladie ou d’accident privé: pas d’intervention pour les collaborateurs avec un salaire annuel brut de 44 330,26 euros ou plus.

Le collaborateur qui s’absente pendant une longue durée par suite de maladie ou d’invalidité non due à un accident du travail, bénéficie donc d’une intervention inférieure. Il en va de même pour les travailleurs qui ont un salaire qui se situe au-delà du plafond déterminé par la loi.

Une garantie « Rente d’accident du travail » vous permet de combler le fossé entre le salaire initial et l’intervention de l’INAMI. Pour une travailleuse qui part en congé de maternité aussi, cette prime est un instrument intéressant. Via l’INAMI, elle perçoit 75 % de son salaire, mais avec la garantie « Rente d’incapacité de travail », ce pourcentage se monte à 80 %.

L’avantage : Votre collaborateur bénéficie de la garantie d’un salaire stable. Cette prime est aussi fiscalement déductible pour vous en tant qu’employeur.

 

Sécurité financière en cas de décès

Un scénario catastrophe : votre travailleur décède à un jeune âge et laisse une famille. Qu'advient-il de la pension constituée ? Et dans quelle mesure la famille bénéficie-t-elle d’un coup de pouce financier ?

 

La garantie « Capital-décès »

La sécurité sociale ne prévoit aucune intervention pour un travailleur qui décède des suites d’une maladie ou d’un accident privé. Cependant, cela a d’importantes conséquences financières pour la famille. Dans tous les cas, l’assureur versera la somme déjà épargnée, mais cela ne suffit généralement pas.

En théorie, l'on peut partir du principe que le partenaire survivant a besoin d’un capital égal à deux fois le salaire annuel brut du défunt pour s’adapter à sa nouvelle situation financière. La garantie sous risque « Capital-décès » vous permet de garantir que la famille du travailleur décédé bénéficie d’une sécurité financière en cas de décès.

En intégrant cette garantie dans l’assurance groupe, vous payez une petite prime qui est en outre déductible à titre de frais professionnel. De plus, le coût de cette prime est pratiquement insignifiant pour les jeunes travailleurs surtout.

 

Prévoyez une garantie supplémentaire pour vos travailleurs

Avec une assurance groupe, vous contribuez en tant qu'employeur à l’avenir de vos travailleurs, pour le meilleur et pour le pire. Vous êtes encore à la recherche d’une manière fiscalement avantageuse de récompenser votre personnel ? Découvrez si une assurance groupe pourrait convenir à votre entreprise. Téléchargez notre rapport gratuit qui contient des chiffres précis.

Une assurance groupe est-elle avantageuse pour vous et vos travailleurs ? Les chiffres ne mentent pas

Téléchargez le rapport
Henk Sanders
Par Henk Sanders
24 avril 2018