Share
Politique du Personnel

Lire plus tard ?

Comment créer une culture d'entreprise ouverte et transparente ?

« Une culture d'entreprise ne tombe pas du ciel : il s’agit d’un processus à long terme. » C'est ce qu'affirme Liesl Vandaele, responsable d’équipe aspects psychosociaux chez Liantis. Si en outre vous souhaitez vous doter d’une culture d'entreprise ouverte, positive et transparente, il est judicieux de mettre l'accent sur la communication et la confiance.

Une culture d'entreprise forte

Une culture d'entreprise forte repose sur les normes et les valeurs de l'organisation. Il s'agit d'un terme qui englobe beaucoup d’aspects, mais le comportement humain et l'identité jouent un rôle important dans ce domaine. La culture d'entreprise commence en fait par votre employer branding (marque de l’employeur) dans lequel la communication et l'engagement sont des piliers importants. Si vos collaborateurs se sentent impliqués dans votre organisation, cela crée un sentiment d'appartenance.

Rome ne s'est pas non plus faite en un jour

Les aspects culturels d'une organisation sont des aspects lents, qui ont besoin de temps pour se développer tout à fait. Ne vous faites donc pas d'illusions : il ne suffit pas d'appuyer sur un bouton pour instaurer une culture d'entreprise. Mais bonne nouvelle, il existe un certain nombre de façons de procéder pour la mettre en place.

Premier pilier : la communication

Une culture d'entreprise ouverte repose sur la communication. L’experte Liesl Vandaele : « Le plus important, c'est d’instaurer une communication ouverte depuis le plus haut niveau. » Veillez donc à ce qu'il existe des structures de communication au sein de votre organisation. Il est par ailleurs important d'organiser des moments de concertation fixes, y compris pour les PME : « Même sans grandes structures de communication, il est capital de prévoir des moments de communication déterminés sur ce qui se passe dans l'organisation. C'est le seul moyen de rester à l'écoute de ses collaborateurs. »

Les bonnes techniques d'entretien

Par ailleurs, utiliser les bonnes techniques d'entretien est sina qua non lorsque vous dialoguez avec vos collaborateurs. Les recommandations de Liesl Vandaele : « Demandez régulièrement à vos collaborateurs comment ils vont, écoutez-les avec attention, osez poser des questions et approfondissez les conversations. »

Vous l'aurez compris : pour favoriser une culture d'entreprise ouverte, les responsables d’équipe ont un rôle clé à jouer dans votre organisation. Il est donc tout à fait judicieux de prévoir une formation suffisante ou des séances d'intervision.  

Deuxième pilier : la sécurité

Si la communication est le fil conducteur, la sécurité et la confiance sont également indispensables pour créer une culture d'entreprise saine et transparente. Liesl Vandaele explique : « Dans une culture d'entreprise sûre, les collaborateurs peuvent exploiter pleinement leurs compétences, tandis que leur côté humain, avec leurs forces et leurs faiblesses, est également pris en compte. La base d'une culture sûre repose évidemment sur votre vision de l’humain. Croyez-vous en la capacité de développement de vos collaborateurs et pensez-vous que l’on puisse discuter ouvertement des erreurs ? Tout cela aura un impact sur votre culture d'entreprise. »

Le pouvoir de la vulnérabilité

Un aspect essentiel d'une culture d'entreprise ouverte est le pouvoir de la vulnérabilité. En outre, si vous souhaitez contribuer à une culture où chacun se sent en sécurité pour parler ouvertement, l’idéal est d’appliquer le principe "practice what you preach". L’experte explique : « Si vous attendez de vos collaborateurs qu'ils osent se montrer vulnérables, vous devez en faire autant vous-même. En tant qu'employeur, vous êtes vous aussi un être humain avec ses hauts et ses bas. Montrer que vous éprouvez parfois des difficultés peut contribuer à mettre en place une culture ouverte. »

De l’embauche au dernier jour de travail

De l’embauche au jour où le collaborateur quitte votre organisation, vous pouvez travailler sur votre culture d'entreprise. Par exemple, ne tenez pas seulement compte des compétences pratiques lors de la sélection, mais aussi de l'attitude et de la vision d’un candidat. Posez-vous des questions telles que : Le candidat sait-il gérer le changement ? A-t-il le sens de la collaboration et de la communication ? Il est en tout cas préférable de commencer assez tôt, car la création d'une culture de confiance et d'ouverture prend du temps.

Par Annelien Decan
08 janvier 2024

Lire plus tard ?

Cet article vous intéresse, mais vous n’avez pas le temps de le lire maintenant ?
Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous, et nous vous enverrons un lien pratique qui vous permettra de le retrouver rapidement.
Nous vous envoyons uniquement le lien, pas de spam.