Share
La parole aux entrepreneurs

Lire plus tard ?

Nicolas Baeke : le jeune entrepreneur qui parvient à combiner des passions pourtant contraires

Le statut d’étudiant-indépendant qui a vu le jour il y a à peine 5 ans, entend stimuler l’entrepreneuriat chez les jeunes étudiants. Nicolas Baeke a senti qu’il était réellement fait pour cela et a donc fait le grand saut.

« Je constate une évolution significative de l’esprit d’entreprise des jeunes de ma génération. Nous constituons une nouvelle classe, qui saisit ce statut avantageux pour tenter sa chance. »

mesures de soutien à connaître

On apprend à tout âge !

Nicolas a terminé il y a quelques mois son bachelier en informatique appliqué (spécialisation en cybersécurité). Un domaine qui l’intéresse encore toujours, à ce qu’il dit. C’est même une passion, une soif de la technologie de l'information.

« Après ce bachelier, il est encore possible d’approfondir les connaissances sur le plan purement technique. Voilà pourquoi je vais suivre un master durant les deux prochaines années académiques. Mon choix s’est porté vers les sciences industrielles, avec en toute logique une spécialisation en informatique. Après quoi, j’espère être suffisamment qualifié pour poursuivre la concrétisation de mes ambitions. »

 

ITube, YouTube

Par contre, pour ce qui est de la portée de ces ambitions et de leur réalisation, les choses sont moins claires. Nicolas semble également être passionné par un tout autre domaine.

« La communication est ma deuxième passion. Il est vrai qu’on ne l’associe pas forcément aux informaticiens. Ce domaine a commencé à m’intéresser en raison d'un hobby devenu quelque peu incontrôlable. Je suis youtubeur, ce qui m’a forcé à devenir plus communicatif. Je crée des films depuis 2016 déjà. Au début, c’était plutôt pour plaisanter. J’avais créé un canal qui est toujours actif aujourd’hui, et au fil du temps, cette activité est devenue de plus en plus sérieuse. »

Nicolas collabore notamment avec Proximus, O’Tacos et JBL sous le nom de « JustNicolas » avec pas moins de 75 000 abonnés.

« C’est déjà pas mal pour la Belgique, mais cela ne me dérangerait vraiment pas d’être suivi par beaucoup plus de personnes. Je ne deviendrai pas riche de cette activité, ce n’est pas non plus mon objectif premier. Mais tout simplement pouvoir en vivre me semble être une alternative des plus valables et agréables. Tant que je peux faire preuve de persévérance afin d’assurer une certaine continuité à mes clients, tout se déroulera sans aucun souci. »

liantis-starters-nicolas-baeke-2501

Les conseils de la nouvelle génération

Âgé de 21 ans à peine, Nicolas Baeke correspond parfaitement au jeune entrepreneur débutant. Un style de vie qu’on ne lui a pourtant pas inculqué à l’enfance.

« Mes parents ont accueilli ma volonté de me lancer comme étudiant-indépendant avec un « est-ce vraiment nécessaire ? », par peur de la charge administrative que génère forcément d’après eux cette étape dans l’inconnu. C’est un réflexe tout à fait logique, car en fait ils avaient - oui, c’est possible - un tout petit peu raison. Même mon comptable était quelque peu moins familiarisé avec mon statut qui semblait aussi plus compliqué que le statut « ordinaire » d’indépendant. Le conseil en or que je donnerais à tous les étudiants qui se cachent derrière l’excuse des tracasseries pratiques ? Lancez-vous tout simplement. »

C’est tout jeune et avec le slogan « I’m just gonna do it » en tête que Nicolas a franchi le pas inspirant direction entrepreneuriat.

« Je me souviens avoir payé 186 euros pour créer mon entreprise individuelle. Ces tarifs ont peut-être changé entre-temps mais pas à un point que cela soit devenu insurmontable. Cet investissement a certainement été bénéfique pour moi quand je vois où j’en suis aujourd'hui. Mon entreprise individuelle a évolué l’année dernière en une société (Baeke Media), mais cela ne doit pas être votre objectif premier. L’appât du gain n’a jamais été en tête de mes priorités. Mon conseil serait de tout simplement débuter vos activités, et de lancer votre entreprise par la suite seulement. »

liantis-starters-nicolas-baeke-2487

Rêves d’avenir

Ce n’est qu’au moment où Nicolas a commencé à gagner un peu d’argent avec son activité qu’il s’est rendu compte qu'il fallait un cadre financier et administratif.

« J’avais trouvé sur Internet, une liste des choses auxquelles doit penser un indépendant débutant : aller à la banque pour ouvrir un compte bancaire par exemple, et s’inscrire à la Banque-Carrefour des Entreprises. Et quelques clics plus tard, j’ai décidé dans ce cadre de faire de Liantis mon compagnon de route. L’expertise de ma personne de contact m’a permis de ne pas être dépassé dès le début par la complexité de cette matière. J’ai reçu toutes les informations nécessaires pour progressivement mettre en pratique mon sens de l’entrepreneuriat. »

Le lancement de l’activité indépendante de Nicolas est jusqu’à aujourd'hui, une véritable réussite. Même s’il exprime toujours quelques réserves.

« Je ne vais jamais dire que je ne travaillerai plus jamais comme salarié. Il y a en réalité une chance sur deux. C’est justement pour cette raison que je poursuis mes études, pour éviter de devoir faire ce choix maintenant et de me casser trop souvent la tête. Je suis en tous les cas très heureux du chemin déjà parcouru. Je discute régulièrement avec des personnes de mon âge qui rêvent d’être à la tête d'une entreprise, mais qui ne savent pas comment s'y prendre. Avec Baeke Media, je fais ce que j’aime, et je vis mon rêve un peu au présent. Je suis réaliste et modeste, mais j’ai toute confiance en l’avenir. »

Florence Van Coillie
Par Florence Van Coillie
02 novembre 2021

Lire plus tard ?

Cet article vous intéresse, mais vous n’avez pas le temps de le lire maintenant ?
Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous, et nous vous enverrons un lien pratique qui vous permettra de le retrouver rapidement.
Nous vous envoyons uniquement le lien, pas de spam.