Share
Comptabilité et TVA

Lire plus tard ?

Comment transporter la recette de la journée à la banque ?

Il ressort d’une enquête menée par l’UNIZO (Union flamande des entrepreneurs indépendants) en 2015 que la plupart des commerçants ne font pas appel à une société de surveillance professionnelle pour le transport de la recette de la journée à la banque. S’il s’agit de petits montants, par exemple parce que vos clients recourent généralement au paiement électronique, cela ne pose bien entendu aucun problème. Mais quid si vous devez transporter des dizaines de milliers d’euros ? Est-ce autorisé par la loi et y a-t-il une limite ?

La recette

 

Je m’en charge personnellement !

Le montant que vous pouvez déposer personnellement à la banque est en effet limité. En tant que personne physique, il s’agit chaque fois de maximum 30.000 euros en liquide. Si vous dépassez ce montant, vous risquez de vous voir infliger une amende. Par ailleurs, votre assurance (vie) n’interviendra pas s’il devait vous arriver quelque chose en route (par exemple une attaque, voire un meurtre !).

 

J’opte pour un transport de fonds 

Si vous décidez de faire appel à une société de transport de fonds, la totalité du montant doit lui être confiée. Si vous souhaitez, par exemple, verser 35.000 euros sur votre compte, il n’est pas possible d’amener vous-même 25.000 euros à la banque et de faire transporter 10.000 euros par une société de transport de fonds. Le montant total des 35.000 euros doit être confié à la société de transport de fonds. Finalement, il s’agit d’une question de sécurité et de bon sens.

 

En résumé

  • Vous ne pouvez pas transporter plus de 30.000 euros à la banque sans faire appel à une société de surveillance.
  • Si vous dépassez ce montant, vous vous exposez à une amende.
  • S’il vous arrive quelque chose en route, votre assurance (vie) n’interviendra pas.
  • Pour votre propre sécurité, faites appel à une société de transport de fonds !

 

Téléchargez votre e-book en  matière de comptabilité, tva et fiscalité !

Timon Spiesschaert
Par Timon Spiesschaert
12 janvier 2016

Lire plus tard ?

Cet article vous intéresse, mais vous n’avez pas le temps de le lire maintenant ?
Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous, et nous vous enverrons un lien pratique qui vous permettra de le retrouver rapidement.
Nous vous envoyons uniquement le lien, pas de spam.