Share
La parole aux entrepreneurs

Lire plus tard ?

Voici comment Skrolan Schoolmeester est devenue audiologue indépendante durant la crise du coronavirus

Malgré l'invasion du coronavirus, quasi 7 000 nouvelles entreprises flamandes ont quand même vu le jour au cours de ces dernières semaines. Skrolan Schoolmeester (39) a elle aussi fait le grand saut en avril dernier. Elle s’est en effet lancée en tant qu’audiologue indépendante pour être à la tête de son propre centre auditif à Jabbeke. Pourquoi maintenant ? Et comment vit-elle cette situation extraordinaire sur le plan professionnel ? « J’ai dû m’y faire mais je ne regrette absolument rien. »  

audiologue independante

« Si je peux le faire pour un patron, je peux très bien le faire pour
moi-même »

Skrolan a toujours voulu travailler dans le secteur des soins de santé. Elle a finalement jeté son dévolu sur l’audiologie, une spécialisation qui venait de voir le jour au moment où elle entamait ses études supérieures.

« J’ai directement été attirée par l’audiologie. Je suis assez forte en technique, et cet aspect est justement très présent dans ce métier. Je pensais aussi qu’une nouvelle spécialisation offrirait plus de sécurité professionnelle. Et je ne me suis pas trompée. Après mes études, j’ai immédiatement pu travailler dans un petit centre auditif. Ensuite, je suis devenue responsable de magasin pour une chaîne de centres auditifs. »

Une opportunité qui a permis à Skrolan d’acquérir une riche expérience professionnelle. C’est à ce moment-là aussi qu’elle a eu l’idée de se lancer en tant qu’indépendante.

« Si je parvenais à gérer le magasin haut la main, je devais pouvoir faire de même avec ma propre affaire. C’est ainsi que j’ai décidé de me lancer comme audiologue en complémentaire. J’ai bénéficié de ce statut pendant quatre ans, ensuite j’ai voulu faire évoluer ma propre affaire Hoorcentrum Audioplus. J’ai donc décidé à l’aide de mon comptable de faire le grand saut et de devenir indépendante à titre principal fin de l’année dernière. »

 

Créer sa propre entreprise en ces temps de coronavirus

Le coronavirus a fait son apparition en Belgique durant le préavis de Skrolan. Mais cela ne l’a pas empêchée de poursuivre sur sa lancée. 

« J’ai dû m’y faire. Un audiologue réalise des tests auditifs, prodigue des conseils en matière de protection auditive et installe les prothèses auditives. Ce travail est désormais quasiment à l’arrêt. Je travaille encore sur rendez-vous, mais une grande partie de ma clientèle appartient au groupe à risque. Ces personnes ont donc du mal à se rendre jusqu’au centre auditif. »

Heureusement, Skrolan a pu compter sur l’aide de l’État. Et sur Liantis aussi bien évidemment qui l’a aidée à s’orienter dans toutes ses mesures étatiques liées au coronavirus.

« Je ne m’en sortais pas dans les mesures accordées aux indépendants. Ma situation était aussi quelque peu particulière puisque je m’étais lancée à plein temps en avril seulement. J’ai contacté dès lors un collaborateur de Liantis. Je lui ai expliqué ma situation spécifique et il m’a donné une réponse très concrète concernant le droit passerelle. J’ai immédiatement été soulagée. Il est tellement important de pouvoir compter sur des gens en qui vous avez totale confiance.
Entre-temps, j’ai également recommandé à mon conjoint de s’affilier chez Liantis. »

 

Voici quelques conseils de Skrolan

Quand l’on demande à Skrolan si elle a des conseils à donner aux personnes qui envisagent de devenir indépendantes, elle répond en donnant tout un tas d’idées utiles.

« J’avais profondément envie de créer ma propre entreprise mais en même temps j’avais peur. C’est pourquoi dans un premier temps, je me suis lancée à titre complémentaire pour faire progressivement évoluer mon affaire. Devenez indépendant à titre principal uniquement si vous y êtes totalement préparé. N’hésitez pas non plus à discuter avec des personnes de votre branche. Vous en apprenez beaucoup et savez quels sont les pièges à éviter. »

« Prenez aussi le taureau par les cornes et proposez à des entreprises de conclure des partenariats. Vous ne pouvez pas savoir ce que l’avenir vous réserve. J’ai commencé avec très peu de matériel. Mais je savais exactement ce dont j’avais besoin. Au lieu de financer le tout personnellement, je me suis adressée aux fournisseurs de ces appareils. Je leur ai proposé de m’accorder une réduction sur leurs dispositifs ou de me les prêter en échange de publicité. Et cela a marché ! »

« Un bon comptable est également essentiel. Il peut non seulement vous aider dans le respect des différentes règles mais il peut également vous encadrer dans la poursuite du développement de votre affaire. Une personne qui sait vous conseiller clairement, cela représente une grande aide et vous permet aussi de pouvoir vous concentrer sur ce que vous aimez faire, comme par exemple imaginer de nouveaux concepts. J’ai depuis le début décidé d’acquérir une unité mobile. Une solution idéale pour me rendre au domicile de mes patients ou encore dans les centre de logement et de soins. À présent que nous devons apprendre à vivre avec le coronavirus, le fait de pouvoir proposer ce service est un réel avantage. »

Skrolan ne manque donc pas de vision d’avenir. Dans l’ensemble, elle se considère comme une entrepreneuse satisfaite.

« Je ne regrette toujours pas de m’être lancée comme indépendante. J’ai toujours adoré mon métier, et je suis aussi pleine d’ambition. Le statut d'indépendant me donne plus de liberté, plus de satisfaction, je vois mon métier plutôt comme un loisir. »

Vous avez vous aussi envie de créer votre propre entreprise ?

 Consultez notre page consacrée aux starters
Par Leonie Vanderstraeten
05 juin 2020

Lire plus tard ?

Cet article vous intéresse, mais vous n’avez pas le temps de le lire maintenant ?
Saisissez votre adresse e-mail ci-dessous, et nous vous enverrons un lien pratique qui vous permettra de le retrouver rapidement.
Nous vous envoyons uniquement le lien, pas de spam.